Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>

Ajoutez un logo, un bouton, des réseaux sociaux

Cliquez pour éditer
9 janvier 2021 : Discours Eric Mouzin 10 décembre 2020 : Fin des fouilles 8 décembre 2020 : les fouilles ... Depuis 18 ans, se sont succédés ... 12 novembre 2020 : Appel à témoins 12 octobre 2020 - Respect 21 aout 2020 - L'enquête en cours ... 9 mars 2020 - Pas de commentaire sur l'actualité Mai 2018 : Dessaisissement refusé Mars 2018 : demande dessaissement de la PJ 9 janv. 2018 - plainte contre l'état (vidéo) 27 novembre 2017 : Un seul corps de juge ! 13 octobre 2017 : lettre à Mr Bayrou 10 octobre 2017 : les parents n'apprennent pas ... 25 mai 2017 : Rdv M. Bayrou, Garde des sceaux 17 décembre 2016 : Etat des lieux amer ... 23 avril 2015 - L'activation "Alerte Enlèvement" 3 janvier 2012 : Demande dessaisissement 5 janvier 2011 : Retrouver Estelle (livre) 12 novembre 2010 - Décès de Christopher 25 mai 2010 : discours E. Mouzin - Fond. Enfance 26 janv. 2010 : Appel au ravisseur 9 janvier 2010 : Portrait vieilli d'Estelle 15 sept. 2009 : Suppression du défenseur d'enfants 2 mars 2009 : Question à Me Dati, Garde des sceaux 18 février 2009 : La "piste Estonienne" s'évanouit 17 janvier 2009 : Une nouvelle piste ? Octobre 2008 : Bilan de l'année Octobre 2008 : RDV au Ministère de l'intérieur 31 janvier 2008 : droit au respect des victimes 17 nov. 2007 : L'hypothèse "Fourniret" relancée 20 octobre 2007 : Agitation médiatique 2 juin 2007 : Journée contre le tourisme sexuel Avril 2007 : E. Mouzin et S. Renon à Washington 16 avril 2007 - sortie d'un livre : Mensonge! 11 avril 2007 : Rép. candidats aux Présidentielles 6 fév. 2007 : lettre candidats des Présidentielles 7 mai 2006 : Madisson et Mathias Février 2006 : Non à l'oubli ! 28 janvier 2006 : L'association engage une action 28 janvier 2006 : meurtre d'Audrey 27 janvier 2006 : 30 ans de réclusion 26 janvier 2006 : Charlène enlevée ... 9 décembre 2005 : maudit 9 janvier ... 29 novembre 2005 : Mise en place "Amber Alert" 22 novembre 2005 : Aurelia retrouvée 5 octobre 2005 : 1000 jours écoulés 18 mai 2005 : nouvel effet d'annonce? 18 mars 2005 : 35 affaires bientôt élucidées? 12 mars 2005 : la police abandonne la piste F. 8 janvier 2005 : la piste locale privilégiée... Janvier 2005 : arbre souvenir 24 novembre 2004 : création Fédération Cristal 19 novembre 2004 : E. Mouzin lance un appel ... 13 mai 2004 : Conf. de presse : Le Bilan 8 janvier 2004 - La thèse de l'enlèvement ... Janvier 2004 : rapport Ministère de la Justice 14 octobre 2003 : Rapport de l'ONU 4 juillet 2003 : Projet Structure Enfants disparus 7 Juillet 2003 : Lettre à Mr Sarkozy, Ministre Juillet 2003 : Suite à la rencontre à Washington 4 juillet 2003 : l'association présente à l'Armada 29 juin 2003 : Banderole pour les 10 ans d'Estelle Juin 2003 : Portrait robot ... 4 mai 2003 : lâcher de ballons à la brocante 1er mai 2003 : Marathon de Sénart 29 mars 2003 : Tournoi des 6 nations - Rugby 9 mars 2003 : Semi Marathon de Paris

Conférence de presse du 13 mai 2004

 

Le 13 mai 2004 à onze heures, l'association Estelle a tenu une conférence de presse dans les salons de la Mairie du 11ème arrondissement de Paris. Après 15 mois d'existence et forte aujourd'hui de près de 500 adhérents, son objectif était de faire le point sur son activité, de présenter ses projets pour les mois à venir et d'annoncer l'action prévue le 25 mai prochain, dans le cadre de la journée des enfants disparus. Au cours de cet échange d'une heure avec une trentaine de journalistes, Eric Mouzin, père d'Estelle, et Bruno Bongapenka, Président de l'association ont dans un premier temps rappelé qu'aucun élément nouveau ne laissait entrevoir une avancée significative de l'enquête sur la disparition d'Estelle. Ils ont ensuite constaté et regretté, malgré l'expérience acquise par les services de police et de gendarmerie dans le cadre des disparitions passées -et particulièrement celle d'Estelle - la persistance des mêmes lacunes et des mêmes vides : lors de la disparition de Jonathan COULOM, survenue à Saint-Brévin les Pins au début du mois d'avril dernier, l'hypothèse privilégiée dès les premiers instants - et durant 6 longs jours - a été une fois encore celle de la fugue, comme dans le cas d'Estelle, dans des circonstances et un contexte pourtant contradictoires (un enfant de 10 ans disparaissant en pleine nuit, en pyjama et de surcroît sans chaussure...) !

D'autres points de préoccupation, axes de travail et pistes de réflexion de l'association ont ensuite été présentés :

  • l'absence, en France, d'une structure spécialisée et professionnelle du type ONG, dotée d'un numéro d'appel gratuit (si possible à trois chiffres)- à l'image de celles qui existent dans un nombre croissant de pays tels que les Etats Unis (National Center for Missing and Exploited Children), le Royaume Uni (Missing Children Web Site), la Belgique (Child Focus), l'Espagne (Spain - Missing Children Web Site) - dédiée à la prise en charge des cas de disparitions inquiétantes, fugues et enlèvements parentaux. Cette structure au financement mixte, dont la mission ferait l'objet d'une convention avec les pouvoirs publics, pourrait mobiliser dès les premiers instants toute la chaîne d'information (actions média, élaboration et diffusion des avis de recherche). Elle jouerait un rôle de coordination dans les actions de prévention menées par les diverses associations existantes. Elle aurait une fonction essentielle de pivot relationnel et organisationnel dans l'espace d'interaction entre la famille, la police et la justice. L'association a écrit au Ministre de l'Intérieur et déposé un document d'avant-projet dans ce sens, en juillet 2003. Ce projet n'a pas, à l'époque, été jugé pertinent. Aujourd'hui semble se dessiner un projet de structure qui ne répondrait que très partiellement à ces préoccupations, puisqu'il serait conçu pour assurer essentiellement la prise en charge des fugues de mineurs.

  • l'absence d'une prise en compte réelle et d'une écoute objective de la parole de l'enfant par les services de police, la justice, l'entourage proche - y compris familial - soupçonné trop fréquemment d'affabulation lorsqu'il se pleint de sévices sexuels, de violences avérées ou de tentatives de la part d'un adulte (voir les conclusions du rapport de l'ONU du 14 octobre 2003).

  • l'absence de statistiques précises et à jour sur les disparitions d'enfants en France, qui traduit le vide et les lacunes qui existent actuellement au niveau des institutions, ainsi que le manque de coordination des tous les acteurs en présence (justice, police, associations et organismes d'action sanitaire, sociale et médicale).

Il a enfin été précisé que l'association n'avait ni la vocation, ni les moyens, ni la volonté d'agir comme un organe d'investigation et d'enquête à côté des services de l'état (police, justice). Les informations qui lui sont communiquées par mail ou par courrier dans le cadre de l'enquête sont transmises aux services compétents qui ont la charge de les vérifier et de les exploiter, le cas échéant.

L'action du 25 mai

L'action du 25 mai, organisée dans le cadre de la journée internationale des enfants disparus, revêt cette année une forme qui permettra à chacun de participer, là où il se trouve. Elle doit mobiliser le plus grand nombre, sur l'ensemble du territoire national, pour donner toute son ampleur au message de soutien et d'espoir à l'attention des enfants disparus et à leur famille. Elle doit être l'occasion de dire non, avec force, détermination et dignité, à ces actes de barbarie. D'autres associationsseront présentes et appellent à participer à cette action de solidarité. 

Allumer une bougie, signal de lumière, c'est un acte simple, à la portée des tous : sur un rebord de fenêtre, dans un jardin, devant une maison, dans le cadre d'un rassemblement organisé dans un quartier, une place de village, de Mairie ou une esplanade comme au Champ de Mars à Paris. La force du message sera décisive dans la prise de conscience, par la collectivité nationale et les pouvoirs publics, de l'urgence à agir bien plus efficacement dans la prévention, la réduction du nombre et le traitement de ces drames quand ils se produisent. Elle sera déterminante pour faire avancer le projet de structure ONG.